La Trinité : Une Doctrine Païenne

De Kersey Graves

Extrait de "The World's Sixteen Crucified Saviors" (1875)

 

Bonjour les Ami(e)s !

Que l'on soit croyant ou pas il me semble important de s'intéresser à l'histoire des religions, celles commémorées à travers les époques et dont les écrits sacrés sont parvenus jusqu'a nous, et plus particulièrement à la Trinité, cette doctrine religieuse connue des Chrétiens comme ayant été fondée par Saint Jean. 

Au regard de l'extrait d'un livre écrit en 1875 par Kersey Graves, intitulé "Les Seize Sauveurs Crucifiés Du Monde", que je vous propose ci-dessous, il semblerait que la Trinité soit un concept, une doctrine universellement reconnue par toutes les religions. 

******

"Il y en existe trois qui sont aux cieux, le Père, la Parole (le fils) et le Saint-Esprit, et ces trois-là ne font qu’un." (1 Jean v. 7.) Ce texte, qui révèle de toute évidence une croyance en l'existence de trois êtres séparés et distincts dans la divinité, énonce une doctrine qui avait une prévalence quasi universelle. 

Presque toutes les nations, qu'elles soient orientales ou occidentales, dont la foi religieuse a été commémorée dans l'histoire, révèlent dans leurs principes une croyance en la nature triple de la divinité et en sa division trinitaire. Saint Jérôme témoigne sans équivoque : "Toutes les nations anciennes croyaient en la Trinité.

Et on pourrait citer ici un certain nombre de faits et de chiffres, si nous avions de la place, à l'appui de cette affirmation.

Un texte de l'une des bibles hindoues (les Puranas) révélera l'ancienneté et la prévalence de cette croyance dans une nation de cent cinquante millions d'habitants, il y a plus de deux mille ans. "Ô vous trois Seigneurs, éructa Attencion, sachez que je ne reconnais qu'un seul Dieu. Informez-moi donc lequel d'entre vous est la vraie divinité que je puisse lui adresser seul mes vœux et mes adorations. Les trois dieux, Brahma, Vishnu et Shiva, se manifestant à lui, lui répondirent : "Apprends, ô dévot, qu'il n'y a pas de véritable distinction entre nous. Ce qui vous apparaît comme tel n'est qu'un semblant. L'être unique apparaît sous trois formes par les actes de création, de préservation et de destruction, mais il n'est qu'un."

Maintenant, lecteur, notez la remarque ici, que les anciens pères chrétiens ont proclamé presque universellement et unanimement la doctrine de la Trinité comme l'un des principes directeurs de la foi chrétienne, et comme une doctrine dérivant directement d'une révélation des Cieux. Mais nous trouvons ici qu'un disciple d'une religion païenne, il y a plus de trois mille ans, comme nous dit le missionnaire chrétien D. O. Allen, a établi très explicitement que la Bible Hindou, où elle fut trouvée, a été compilée il y a 1400 ans, et écrite à une époque encore plus ancienne. Et nous trouvons la même doctrine très explicitement enseignée dans les anciens systèmes brahmane, persan, chaldéen, chinois, mexicain et grec - tous beaucoup plus anciens que le christianisme.

Aucun écrivain n'a jamais enseigné ou avoué une croyance en un quelconque principe de foi religieuse de façon plus complète ou plus claire que Platon ne l'a fait en exposant dans son Phædon, écrit quatre cents ans avant Jésus Christ, la doctrine de la Trinité.

Le premier terme de Platon pour la Trinité était en grec-1. Pour Agathon, le Dieu ou Père suprême. 2. Le Logos, qui est le terme grec pour la Parole. Et, 3. le psychisme, que le lexique grec définit comme signifiant "âme, esprit ou fantôme" - bien sûr, le Saint-Esprit. Nous avons ici les trois termes de la Trinité chrétienne, Père, Parole (fils) et Saint-Esprit, aussi clairement enseignés que le langage peut l'exprimer, rendant ainsi l'exposition de Platon de la Trinité et la définition de ses termes, publiées quatre cents ans avant Jésus-Christ, identiques dans leur signification à celles de Saint Jean, comme on le trouve dans son Évangile et contenues dans le texte cité ci-dessus. Où est donc le fondement de la revendication dogmatique des professeurs chrétiens sur l'origine divine de la doctrine de la Trinité ?

Nous citerons ici le témoignage de certains écrivains chrétiens pour prouver que la Trinité est une doctrine dérivée du païen. Un évêque chrétien, M. Powell, déclare : "Non seulement je confesse, mais je maintiens, une telle similitude des doctrines de la Trinité de Platon et de Jean comme étant une origine commune". (Treizième lettre au Dr Priestley.) Qu'est-ce que vous dites, évêque ? "Une origine commune." Alors vous admettez que les deux sont dérivés des cieux, ou les deux sont dérivés des païens. Dans le premier cas, la révélation et le païenisme sont des termes synonymes. Dans le deuxième cas, le christianisme se situe au niveau de la mythologie païenne.

Quelle corne du dilemme allez-vous choisir ? 

Saint Augustin confessa qu'il a trouvé le début de l'Evangile de Jean dans le Phædon de Platon, qui est une concession de toute la terre.

Un autre écrivain, Chataubron, parle d'une inscription grecque ancienne sur le grand obélisque de Rome, qui dit : "1. Le Dieu puissant." 2. La Créature de Dieu (le Christ est déclaré comme "l'unique engendré du Père" (Jean i. 14.). Et, 3. "Apollon l'Esprit" - le Saint-Esprit - présentant ainsi en langage clair les trois termes de la Trinité. Et M. Cudworth, corroborant ce rapport, dit : "Les Grecs avaient un premier Dieu, un second Dieu, et un troisième Dieu, et le second fut engendré par le premier. Et pourtant malgré tout, poursuit M. Cudworth, ils ont considéré tout cela.

Dans la Trinité platonicienne ou grecque, la première personne était considérée comme le planificateur de l'œuvre de la création, la deuxième personne comme le créateur, et la troisième personne comme le fantôme ou l'esprit qui se déplaçait sur la surface des eaux, et qui insufflait la vie au plus profond de la création - le même Saint-Esprit qui descendit du ciel pour insuffler la vie dans les eaux du baptême du Christ ; la ressemblance est alors complète. M. Basnage cite un écrivain chrétien du Ve siècle qui déclarait : " Le sage Athénien Platon anticipait merveilleusement l'une des doctrines les plus importantes et les plus mystérieuses de la religion chrétienne " - parlant de la Trinité - une concession vraiment importante.

La forme la plus ancienne et probablement la plus originale de la Trinité est celle que l'on trouve dans les systèmes brahmane et hindou, dont les termes sont-1. Brahma, le Père ou Dieu suprême. 2. Vishnu, le Verbe incarné et Créateur. 3. Shiva, l'Esprit de Dieu, c'est-à-dire le Saint-Esprit ou le Fantôme - chacun répondant aux termes correspondants de la Trinité chrétienne, avec pourtant deux mille ans d'avance, selon le Dr Smith.

Nous n'avons pas laissé d'espace pour d'autres faits et citations (car ce travail est conçu comme un simple résumé), bien que nous soyons arrivés au seuil de la preuve tendant à confirmer que la Trinité chrétienne est née de parents païens, qu'elle est issue de la mythologie païenne, tout comme les autres doctrines de la foi chrétienne, proclamés par ses disciples comme le don de la révélation divine.

On notera ici, comme un curieux chapitre de l'histoire sacrée, que les nombreuses Trinités divines qui ont constitué une partie de presque tous les systèmes religieux jamais propagés au monde étaient composées, dans chaque cas, de dieux mâles. Aucune femme n'a encore été admise dans la triade des dieux composant la Trinité orthodoxe. Chaque membre de la Trinité est dans tous les cas un homme et un vieux célibataire - une doctrine qui est en guerre flagrante avec les principes de la philosophie moderne.

Car cette science nous enseigne que la dotation d'un être d'organes mâles ou femelles, présuppose l'existence de l'autre sexe ; et que l'un ou l'autre sexe, sans son opposé serait une stupide anomalie, et une distorsion ridicule de la nature sans égal dans l'histoire des sciences. Comme les organes sexuels créent un désir impérieux pour l'autre sexe, aucun homme ou femme ne pourrait longtemps jouir pleinement du bonheur en l'absence de l'autre partie. Quel endroit malheureux et solitaire, donc, le paradis orthodoxe a dû être, pendant l'éternité du passé, sans société mais avec de vieux célibataires !

La Trinité était constituée d'hommes simplement parce que la femme a toujours été considérée comme un simple numero dans la société - un simple outil pour la commodité de l'homme, un appendice à ses besoins. Ainsi, au lieu d'avoir une place parmi les Dieux, elle menait la vie pratique d'une servante et d'une subalterne, ce qui explique son exclusion de la Trinité. Mais le temps vient où elle gouvernera à la fois le ciel et la terre avec la toute-puissance de sa nature amoureuse. Alors nous n'aurons pas de "guerre dans les cieux", ni de combat sur terre.

Article source

******

Précisons ici que cette future gouvernance de la femme dont il est question est l'antithèse du "féminisme", ce poison talmudique destructeur de l'équilibre familial pourtant indispensable au développement harmonieux d'une société humaine. 

Il faudra donc impérativement éradiquer le "féminisme" de l'esprit féminin avant que celui-ci n'assume cette gouvernance dont l'auteur fait mention.

N'oubliez pas le forum Agora ITV  qui vous permet de partager idées, opinions, fichiers etc.....en toute sérénité et sans aucune censure à part celle des trolls.

Merci à vous, toutes et tous, pour votre fidélité à ITV et portez-vous bien.

Much love to you all.

John Doe.  

---
---
---